Chaque personne est unique !

Notre équipe expérimentée se fera un plaisir de vous conseiller en détail et gratuitement sur toutes les questions relatives à votre santé :

Maladies gastro-intestinales : Les champignons vitaux, un remède naturel contre les brûlures d'estomac, les ballonnements, la diarrhée, etc.

16 janvier 2021
Dipl.-Bio. Dorothee Ogroske et al.

Notre tube digestif est un système très complexe. Il a de nombreuses tâches à accomplir et est par conséquent facilement déstabilisé. C’est d’autant plus fatal que toute notre santé dépend de son bon fonctionnement. La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez très bien soutenir l’estomac et les intestins avec des champignons vitaux. Les champignons médicinaux ont un effet préventif, mais ils ont également fait leurs preuves dans le traitement de diverses maladies gastro-intestinales.

Quels sont les symptômes d'une maladie gastro-intestinale ?

Avez-vous remarqué des changements dans votre digestion récemment ? Vous souffrez peut-être de ballonnements ou de flatulences plus fréquents ? Quels sont en fait les symptômes qui indiquent la présence d’une maladie gastro-intestinale ? Il n’est pas facile de répondre à cette question. Le tube digestif de l’homme est un système complexe, lié à de nombreux organes et même au cerveau. Si vous souffrez de diarrhée, de constipation, de sang dans les selles, de douleurs abdominales, de brûlures d’estomac, mais aussi de fatigue, de déprime et d’épuisement, vous devriez jeter un coup d’œil attentif à votre tractus gastro-intestinal.

De l'assiette à l'estomac

Notre système digestif est divisé en plusieurs compartiments. Le processus de digestion se prépare dans la tête : Lorsque vous voyez un plat devant vous, votre cerveau transmet déjà des informations à son sujet à l’appareil digestif. Vous constatez que vous avez l’eau à la bouche. Si vous portez la fourchette à la bouche, le premier processus de digestion s’y déroule. Avec les dents, vous broyez les aliments pour les mélanger à la salive afin d’en faire une bouillie. La digestion des glucides complexes commence déjà dans la bouche. Nous le constatons lorsque nous mâchons un morceau de pain suffisamment longtemps, un goût sucré apparaît grâce au produit de décomposition qui se forme, le glucose. Le bol alimentaire passe de la bouche à l’estomac en passant par l’œsophage. La transition vers l’estomac est contrôlée par ce que l’on appelle le sphincter œsophagien, un muscle circulaire. Il s’assure que le contenu prédigéré de l’estomac ne puisse pas retourner dans l’œsophage. A partir de l’estomac, les processus de digestion deviennent complexes. Nous allons maintenant vous expliquer plus en détail les différentes étapes de la digestion.

L'estomac

Les muscles de l’estomac assurent un mélange optimal du bol alimentaire avec les sucs digestifs libérés. La production et la sécrétion d’acide gastrique sont tout d’abord importantes pour le processus de digestion. Ce sont les cellules de Beleg dans la paroi de l’estomac qui en sont responsables. L’acide gastrique est de l’acide chlorhydrique, dont le pH est très bas. Dans ce milieu très acide, les protéines ingérées avec les aliments sont préparées pour la digestion, elles sont dénaturées. Pour la digestion des protéines, les cellules principales libèrent dans le contenu de l’estomac des précurseurs d’enzymes de dégradation des protéines, le pepsinogène. L’acide chlorhydrique active le pepsinogène en une enzyme active, la pepsine. Celui-ci commence immédiatement à décomposer les protéines des aliments. En principe, la pepsine ne s’arrêterait pas non plus à la paroi de l’estomac. Cependant, une couche de mucus protectrice sur la paroi interne empêche l’estomac de s’autodigérer de cette manière. Ce mucus protecteur est produit par les cellules annexes de l’estomac. Le rôle de l’acide gastrique est également de tuer les germes qui pénètrent dans l’estomac avec les aliments, de les transporter à l’aide du mucus et enfin de les éliminer avec les selles.

Les cellules de l’estomac ne produisent pas seulement de l’acide chlorhydrique, mais aussi du bicarbonate de sodium basique. La production d’acides et de bases est donc directement liée. Cependant, le bicarbonate de sodium est transmis par la circulation sanguine aux organes basophiles tels que le foie, le pancréas et les cellules annexes produisant le mucus gastrique.

Weiße Anführungszeichen in dunkelblauem Kreis
Monsieur B. K. de Büdingen

RAPPORTS D'EXPÉRIENCE
"Mes problèmes d'estomac et d'intestins nerveux me tourmentaient beaucoup. J'avais toujours la diarrhée après les repas. Avec les champignons médicinaux, mes problèmes se sont peu à peu améliorés et maintenant, après deux ans, la diarrhée a même complètement disparu".

Weiße Anführungszeichen in dunkelblauem Kreis
Monsieur M. S. de Frensdorf

RAPPORTS D'EXPÉRIENCE
"J'ai souffert pendant des mois de diarrhées prolongées et de selles aqueuses avec du mucus. Le traitement précédent, à base d'antibiotiques, de cortisone, etc. ne m'a pas du tout aidé. Peu de temps après avoir commencé à prendre le champignon médicinal hericium, mon état s'est amélioré et je me sens maintenant très bien".

L'intestin

L’intestin n’est pas seulement le lieu central de la digestion, c’est aussi un pilier important de notre santé. Ainsi, il est étroitement lié au système immunitaire et au psychisme. Cela signifie qu’une sensibilité aux infections ou à la dépression peut être en partie causée par une perturbation du milieu intestinal. Malheureusement, les premiers symptômes d’un trouble ou d’une maladie sont souvent difficiles à attribuer. Heureusement, les champignons vitaux et autres remèdes naturels aident à combattre les brûlures d’estomac, la constipation, les ballonnements, les douleurs abdominales ainsi que d’autres troubles fonctionnels sans produire d’effets secondaires.

Chaque personne est unique !

Notre équipe expérimentée se fera un plaisir de vous conseiller en détail et gratuitement sur toutes les questions relatives à votre santé.

Intestin grêle et gros intestin

Les anatomistes divisent l’intestin en deux grandes parties : l’intestin grêle et le gros intestin. Les noms font référence au diamètre de ces sections intestinales. Alors que l’intestin grêle est directement relié à l’estomac et peut atteindre jusqu’à cinq mètres de long, le gros intestin constitue la dernière partie de l’intestin.

L’intestin grêle est composé de l’intestin à douze doigts, de l’intestin vide et de l’intestin grêle. La tâche principale de l’intestin grêle est de décomposer les aliments en éléments de plus en plus petits, qui sont finalement absorbés par la muqueuse de l’intestin grêle. De là, les nutriments passent dans le sang. C’est parce que le processus de décomposition approfondie est long que l’intestin grêle est si long. Le processus de digestion fait intervenir différents sucs digestifs tels que la salive, le suc gastrique, la bile, les sécrétions du pancréas et de l’intestin grêle. Pour une plus grande surface d’absorption, la paroi interne de l’intestin grêle est parsemée de plis et de protubérances, ce qui donne une surface totale de muqueuse d’environ 200 mètres carrés. Les champignons vitaux sont un bon moyen de prendre soin de cette muqueuse fragile.

Le gros intestin atteint une longueur d’environ un mètre et demi. Il commence par l’appendice, sur lequel se trouve l’appendice appelé “appendice vermiforme”. Viennent ensuite la branche ascendante, la branche transversale et la branche descendante du côlon. Il est suivi d’une courbure en forme de S appelée sigma. Le rectum constitue la dernière section et débouche finalement dans l’anus. Le rôle essentiel du côlon est d’épaissir les selles. Pour cela, la muqueuse absorbe l’eau et les électrolytes qui y sont dissous. Enfin, les selles s’accumulent dans le rectum jusqu’à ce que le réflexe d’expulsion soit déclenché.

L'intestin à douze doigts

L’intestin à douze doigts est une partie importante de l’intestin grêle et a beaucoup de travail à faire.

Lorsque le bol alimentaire acide de l’estomac arrive dans l’intestin à douze doigts, il est essentiel d’augmenter son pH. Cela est dû en premier lieu aux sucs digestifs très basiques du pancréas et aux sucs biliaires produits par le foie. La sécrétion pancréatique contient du bicarbonate : il neutralise le bol alimentaire acidifié dans l’estomac, car sinon les enzymes ne pourraient pas travailler dans l’intestin grêle. Ces enzymes sont également fournies par le pancréas. Il s’agit d’amylases pour la digestion des glucides, de protéases pour la dégradation des protéines et de lipases pour la décomposition des graisses. Ils arrivent dans l’intestin grêle sous forme de précurseurs inactifs et ne sont activés que là. Avant que les lipases puissent faire leur travail, les graisses alimentaires doivent d’abord être finement dispersées sous forme de gouttelettes de graisse dans le milieu aqueux de l’intestin grêle. Les acides biliaires contenus dans le suc biliaire émulsifient les graisses et rendent ainsi possible leur décomposition par les lipases pancréatiques.

La muqueuse intestinale

La muqueuse de l’intestin grêle et du gros intestin est essentielle au bon fonctionnement de la digestion. Elle veille à ce que seuls les nutriments et l’eau nécessaires pénètrent dans le corps. Elle empêche toutes les autres substances, ainsi que les agents pathogènes, de pénétrer. La muqueuse elle-même est composée de cellules muqueuses reliées entre elles par des protéines en forme de ruban (tight junctions). Sans ces liens, les substances non digérées et les agents pathogènes peuvent se faufiler entre les cellules de la muqueuse.

Siège du système immunitaire

Nos défenses immunitaires sont directement liées à notre santé intestinale, car l’intestin abrite environ 80 % de notre système immunitaire, appelé système immunitaire associé à l’intestin. De même, toutes les muqueuses du corps dépendent de la santé de la muqueuse intestinale. En effet, ce que l’on appelle la “route des muqueuses” relie toutes les muqueuses entre elles. C’est pourquoi, par exemple, une infection de la muqueuse du nez et de la gorge est plus facile à traiter si l’on favorise en même temps la santé intestinale.

Le milieu intestinal

L’environnement de notre tube digestif est en grande partie déterminé par un grand nombre de bactéries qui colonisent le tractus gastro-intestinal. On parle également de flore intestinale physiologique ou de microbiote. Ils vivent en symbiose, c’est-à-dire en communauté de vie avec notre organisme. Les experts parlent d’environ 160 espèces différentes de bactéries. Les bactéries sont beaucoup plus nombreuses dans le gros intestin que dans l’intestin grêle. En plus de la digestion et de la synthèse de vitamines et d’acides aminés, votre rôle est de vous défendre contre les agents pathogènes. De plus, les bactéries renforcent le système immunitaire grâce à un entraînement continu. Ils prennent soin de la muqueuse intestinale en la nourrissant d’acides gras à chaîne courte. Si le milieu intestinal est déséquilibré, la porte est ouverte à divers problèmes de santé tels que le syndrome du côlon irritable, le syndrome métabolique, le diabète, les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, l’arthrite rhumatoïde et également les maladies cardiovasculaires et les troubles neurologiques. Les prébiotiques soutiennent la flore intestinale. Par exemple, les hydrates de carbone à longue chaîne (polysaccharides) des champignons vitaux ont un effet prébiotique.

L'axe intestin-cerveau

L’intestin et le cerveau sont en interaction permanente. L’intestin est ainsi entouré d’une bonne centaine de millions de cellules nerveuses. Un contact étroit entre le cerveau et l’intestin est important, entre autres, pour équilibrer les nutriments apportés et les nutriments nécessaires. Idéalement, cela devrait nous donner envie de manger exactement les choses qui contiennent les nutriments qui nous manquent. Il s’agit également de réguler les différents circuits impliqués dans le transport du bol alimentaire. Pour cela, le cerveau doit maintenir l’équilibre entre les neurotransmetteurs inhibiteurs (sérotonine) et excitateurs (noradrénaline). 95 % de la sérotonine est produite par l’intestin lui-même. Cette “hormone du bonheur” a des effets bénéfiques sur l’humeur, la relaxation et la régulation de l’appétit. Directement dans l’intestin, il régule les processus de sécrétion et d’absorption. En outre, il détermine ici la perception de la douleur. Les personnes souffrant du syndrome du côlon irritable présentent souvent de faibles niveaux de sérotonine.

En raison de l’étroite collaboration entre l’intestin et le système nerveux, il est particulièrement sensible au stress : une suractivité du système sympathique ou même une mauvaise gestion du parasympathique se répercutent directement sur la digestion. Les symptômes peuvent être des “bourdonnements d’estomac”, des selles soudaines et impérieuses ou de la diarrhée. À plus long terme, des maladies telles que le côlon ou l’estomac irritable peuvent apparaître. C’est là qu’interviennent les champignons vitaux qui, d’une part, ont un effet calmant et équilibrant sur le système nerveux et, d’autre part, améliorent la digestion et l’environnement intestinal.

Quelles sont les maladies gastro-intestinales ?

Comme vous l’avez vu, notre système digestif est complexe et étroitement lié à d’autres parties du corps. Malheureusement, la complexité entraîne également une multitude de possibilités de tomber malade. Nous vous présentons ici un aperçu des maladies gastro-intestinales les plus fréquentes et de leurs causes.

Le syndrome de Leaky Good

L’expression anglaise “leaky gut” signifie “intestin qui fuit”. Dans cette maladie, la muqueuse intestinale présente de petits trous, de sorte que la barrière naturelle n’est plus assurée. Ce problème se produit principalement dans la région de l’intestin grêle, où les composants alimentaires incomplètement digérés, les allergènes et les toxines, entre autres, peuvent alors pénétrer directement dans le corps. L’affaiblissement de la barrière et les jonctions serrées défectueuses s’accompagnent d’une fine couche de mucus, d’un faible taux de sIgA et d’une flore intestinale perturbée. Des inflammations apparaissent, ce qui favorise encore plus les fuites. Le système immunitaire se met alors en marche et lutte contre les intrus indésirables. C’est souvent le début des allergies alimentaires. Parfois, les substances qui pénètrent dans l’organisme ressemblent à des structures tissulaires propres à l’organisme. En conséquence, le système immunitaire attaque les tissus correspondants. C’est ainsi qu’apparaissent les maladies auto-immunes.

Les causes d’un leaky-gut sont multiples et ne sont pas définitivement élucidées. Il s’agit probablement toujours d’une combinaison de différents facteurs défavorables comme :

  • une mauvaise alimentation, riche en glucides simples, pauvre en fibres et riche en mauvaises graisses et en alcool
  • Médicaments, par ex. antibiotiques, anti-inflammatoires non stéroïdiens, cortisone
  • Radiothérapie et chimiothérapie
  • Infection par le Candida
  • stress prolongé
  • Carence en substances vitales, en particulier en vitamine A et en zinc
  • Infections du tractus gastro-intestinal
  • Intolérances alimentaires

Le syndrome de Leaky Gut est souvent la cause non détectée d’autres maladies, dont certaines sont considérées comme incurables. Le lien avec un trouble de la fonction intestinale n’est souvent pas évident :

  • Allergies, intolérances alimentaires
  • Asthme
  • Maladies auto-immunes
  • Dermatite atopique et autres maladies de la peau
  • Maladies cardiovasculaires
  • Sclérose en plaques
  • Spondylarthrite ankylosante
  • Syndrome de fatigue chronique
  • Migraines/maux de tête

La bonne nouvelle est qu’un leaky gut peut être bien traité avec des remèdes naturels comme les champignons médicinaux. Ainsi, une amélioration de la maladie consécutive est également probable.

Estomac irritable

L’estomac irritable est un diagnostic d’exclusion. Cela signifie que ce diagnostic est posé lorsque toutes les autres causes possibles ont été exclues. Les symptômes sont une sensation de plénitude pouvant aller jusqu’à une sensation de pression dans la partie supérieure de l’abdomen, des éructations, des nausées et des vomissements accompagnés de symptômes végétatifs tels que des palpitations cardiaques et une forte transpiration. La cause exacte n’est pas claire. Les experts supposent une hypersensibilité des personnes concernées. Les examens révèlent également souvent une détresse psychologique chez les patients ainsi que des antécédents d’autres maladies gastro-intestinales. Un mode de vie malsain et une mauvaise alimentation aggravent le problème.

Côlon irritable

Le syndrome du côlon irritable est souvent associé à l’estomac irritable. Le médecin pose également ce diagnostic lorsque d’autres pathologies doivent être exclues. Les signes d’un côlon irritable peuvent être des douleurs abdominales prolongées accompagnées de ballonnements, de constipation ou de diarrhée. Une fatigue persistante et une humeur négative apparaissent également dans ce contexte.

Gastrite

La gastrite est une inflammation de la paroi de l’estomac. La forme aiguë s’accompagne généralement de douleurs dans la partie supérieure de l’abdomen, de nausées et de régurgitations. Il convient de les distinguer des trois formes chroniques, qui peuvent être longtemps asymptomatiques. Dans le cadre de l’établissement du diagnostic, on constate chez tous les types une muqueuse gastrique attaquée ou du moins faible ainsi qu’un excès ou une insuffisance d’acide gastrique. Le traitement éventuel dépend du type de gastrite et donc de ses causes. Ainsi, derrière une inflammation aiguë de la muqueuse gastrique se cache souvent un stress important, une intoxication alimentaire, la prise de certains médicaments ou une infection. La consommation de beaucoup de café, d’alcool, de nicotine et d’aliments épicés peut également endommager la muqueuse gastrique. En médecine alternative, les champignons vitaux tels que le reishi et le hericium se sont avérés être des anti-inflammatoires efficaces. En revanche, la gastrite chronique de type A est une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire détruit les cellules de l’estomac. Cela entraîne une diminution de la production d’acide dans l’estomac et une inflammation chronique de l’estomac. Alors que le type A est très rare, le type B représente jusqu’à 85% de tous les cas de gastrite. Elle est généralement causée par Helicobacter Pylori. Ces bactéries savent se protéger contre l’acidité gastrique et attaquent la muqueuse gastrique de préférence au niveau de la sortie de l’estomac. Dans le cas du type C, les médecins parlent de gastrite chimio-toxique, car elle est causée par l’ingestion de substances irritantes comme l’alcool, le café ou certains médicaments analgésiques ou anti-inflammatoires.

Maladies inflammatoires chroniques de l'intestin

Les deux maladies inflammatoires chroniques de l’intestin les plus courantes sont la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse. Dans les deux cas, il s’agit d’une inflammation de l’intestin avec des symptômes récurrents tels que des douleurs abdominales et des diarrhées. Il s’agit de maladies auto-immunes. Les experts n’ont pas encore déterminé les causes de ce phénomène. Dans tous les cas, il est clair qu’il existe un lien psychosomatique fort. La colite ulcéreuse affecte principalement la muqueuse du gros intestin. Les principaux symptômes sont une diarrhée muqueuse avec du sang frais. Dans ce cas, l’abdomen est souvent gonflé et sensible à la pression. Les périodes sans symptômes peuvent durer des mois, voire des années. Les rechutes peuvent être retardées ou évitées par la prise de champignons vitaux appropriés. Une évolution chronique représente un risque élevé de cancer du côlon. Dans le cas de la maladie de Crohn, l’inflammation chronique peut se produire dans l’ensemble de la sphère gastro-intestinale, mais le plus souvent dans le côlon et l’intestin grêle. Une première phase de la maladie apparaît généralement à l’adolescence ou au début de l’âge adulte. Outre la diarrhée et les saignements intestinaux, il n’est pas rare que la maladie de Crohn provoque des fistules anales. Une perte de poids, de la fièvre et de l’anémie sont également possibles, ainsi qu’une propagation de l’inflammation aux yeux, à la peau et aux articulations.

Autres maladies de l'appareil digestif

Outre les maladies déjà expliquées, des tumeurs peuvent se former dans le tube digestif. Alors que le cancer colorectal provient généralement de polypes, le cancer de l’estomac est souvent lié à une infection par Helicobacter pylori. Ces bactéries sont également régulièrement associées aux ulcères de l’estomac et de l’intestin à douze doigts.

Les médecins parlent de diverticulose lorsque la paroi de l’intestin se renverse vers l’extérieur à travers les muscles de l’intestin. Les selles peuvent s’accumuler dans ces protubérances. Si une inflammation se produit ensuite, la maladie est appelée diverticulite. Elle est la plus fréquente dans le sigma. Les symptômes peuvent inclure de la fièvre ou des crampes, en plus de la constipation, de la diarrhée et des douleurs dans la partie inférieure gauche de l’abdomen.

Les intolérances alimentaires sont généralement dues à un défaut de la barrière muqueuse de l’intestin. Les personnes souffrant d’un diabète de type 2 sont plus susceptibles d’être atteintes d’un diabète de type 2, ce qui s’accompagne d’un manque d’enzymes pour la dégradation des glucides tels que le lactose ou le fructose. D’autre part, le système immunitaire associé à l’intestin se sensibilise à certains allergènes alimentaires. Les troubles sont variés et propres à chaque individu.

Le “Small Intestinal Bacterial Overgrowth” (SIBO) est une mauvaise colonisation de l’intestin grêle par des micro-organismes. Cela se traduit par une sensibilité à certains aliments, en particulier ceux qui sont riches en fibres. Les symptômes sont très variés et incluent une augmentation des ballonnements, des flatulences, des diarrhées et de la constipation.

Les médecins parlent de reflux lorsque le contenu de l’estomac ou l’acide gastrique s’écoule vers l’œsophage. Avec le temps, la bouillie acide endommage la muqueuse de l’œsophage, ce qui provoque des brûlures d’estomac. Il n’est pas rare que des processus de fermentation se produisent dans l’estomac en raison d’une sécrétion digestive limitée. Les troubles tels que les brûlures d’estomac et le reflux ne sont pas nécessairement causés par un “excès” d’acide gastrique. Des problèmes au niveau émotionnel – “quelque chose nous énerve” – peuvent également contribuer à cette situation. Il s’agit de résoudre ce problème. Mais il existe aussi un ou deux remèdes naturels contre les brûlures d’estomac qui peuvent vous soulager.

Effets des champignons vitaux sur les maladies gastro-intestinales

Les champignons médicinaux sont un tel remède naturel contre les brûlures d’estomac. En outre, ils soutiennent le tractus gastro-intestinal dans son travail de diverses manières et peuvent combattre les symptômes ainsi que les causes de diverses maladies, car les champignons médicinaux …
  • réduisent le stress
  • apaisent les muqueuses
  • favorisent le développement de la barrière muqueuse
  • soulagent les inflammations
  • ont un effet antiallergique, antiviral, antibactérien, antifongique
  • ont un effet prébiotique
  • ont un effet laxatif, régulateur et constipant sur l’intestin
  • activent le système immunitaire
  • réduisent le risque d’ulcères et de tumeurs

Champignon vital Hericium

L’Hericium est le champignon vital de choix en cas de troubles gastro-intestinaux. Cela s’explique par ses nombreux effets bénéfiques sur le système digestif. Ainsi, il semble …

  • régénérant sur les muqueuses de l’estomac et de l’intestin : Il favorise leur reconstitution grâce à ses bêta-glucanes.
  • anti-inflammatoire : surtout en combinaison avec le champignon médicinal reishi, il soulage les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin et autres inflammations des muqueuses
  • prébiotique : il favorise de manière ciblée une eubiose intestinale, c’est-à-dire qu’il réduit les germes pathogènes favorise la croissance de la flore intestinale physiologique. ces bactéries produisent des acides gras à chaîne courte, tels que l’acide butyrique ou l’acide lactique, qui renforcent l’environnement intestinal
  • antibactérien : l’hericium combat l’helicobacter pylori

Pour toutes ces raisons, l’hericium est un remède naturel éprouvé contre les brûlures d’estomac, le reflux, la gastrite et les ulcères gastriques. S’il est utilisé contre les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, il est recommandé de le prendre en continu, même pendant les phases asymptomatiques. L’hericium contient également des érinacines qui stimulent le facteur de croissance des nerfs (NGF). En conséquence, les symptômes de stress tels que l’agitation, l’anxiété et les troubles du sommeil diminuent. Il s’agit donc d’un remède naturel utile en cas d’estomac et de côlon irritables et de troubles nerveux similaires.

Enfin, l’hericium a également fait ses preuves dans le traitement d’appoint du cancer du tractus gastro-intestinal.

Champignon vital Reishi

Très souvent, le hericium est administré en combinaison avec le reishi dans les cas de maladies gastro-intestinales. Les deux se complètent et se soutiennent très bien dans leur mode d’action. Le reishi présente les propriétés suivantes pour la santé :

  • antiallergique : cet effet est également attribué aux triterpènes Ils inhibent la libération d’histamine, qui est souvent élevée en cas de stress et d’inflammation. L’histamine favorise à son tour les réactions allergiques, qui peuvent également affecter le système digestif.
  • anti-inflammatoire : enfin, on attribue aux triterpènes une propriété anti-inflammatoire. Cela fait du reishi un remède naturel efficace contre les brûlures d’estomac, la gastrite et la diverticulite.
  • antioxydant : les antioxydants du reishi fixent les radicaux libres produits dans le cadre d’inflammations et d’infections. Les dommages indirects sont ainsi évités.
  • immunomodulateur : les bêta-glucanes du rizi, en particulier, renforcent le système immunitaire, mais empêchent également les réactions excessives.
  • détoxifiant, activateur hépatique : le foie peut être très stressé par l’afflux de toxines intestinales par le sang. Le reishi soutient le foie dans sa fonction d’organe métabolique principal et aide à mieux éliminer les toxines.
  • relaxant : l’adénosine du reishi s’oppose directement à l’acétylcholine, un neurotransmetteur. Il inhibe la transmission du stimulus du nerf au muscle, ce qui entraîne une relaxation des muscles. Cet effet se fait sentir au niveau psychique, ce qui signifie que vous vous sentez plus calme après avoir pris du reishi. L’équilibre végétatif permet à son tour de lutter directement contre l’estomac et l’intestin irritables.

Enfin, les composants du reishi favorisent le processus de guérison de la muqueuse gastrique, par exemple après un ulcère gastrique. De plus, ils ont un effet prébiotique et inhibent la prolifération des bactéries qui font grossir.

Champignon vital Cordyceps

Outre son effet anti-inflammatoire, le plus grand intérêt du cordyceps pour les maladies gastro-intestinales réside dans son potentiel à soulager le stress. Cela se fait d’une part par la régulation de la production d’hormones dans le cortex surrénalien. D’autre part, l’acide aminé L-tryptophane du cordyceps stimule la synthèse de sérotonine. C’est pourquoi les personnes qui prennent régulièrement ce champignon vital se sentent plus équilibrées et plus satisfaites. Les symptômes gastro-intestinaux liés au stress deviennent moins probables.

Champignon vital Pleurotus

Le pleurote a un effet prébiotique. Il favorise notamment la multiplication des lactobacilles, des entérocoques et des bifidobactéries. Un environnement intestinal sain renforce automatiquement les défenses immunitaires. En outre, le pleurote a des effets antiallergiques et réduit le cholestérol. Ces deux éléments réduisent la charge du tractus gastro-intestinal.

Champignon vital coprinus

On attribue surtout au coprinus des propriétés digestives. Ainsi, il peut aider à soulager la constipation et à prévenir la formation d’hémorroïdes. Ses composants stabilisent le taux de sucre dans le sang, ce qui peut éviter les fringales.

Champignon vital coriolus

En tant que soutien du système immunitaire, le coriolus active la réponse immunitaire TH1. Celle-ci permet de cibler les bactéries, les virus et les champignons. Les agents perturbateurs typiques de la sphère gastro-intestinale sont le Candida et l’Helicobacter pylori. Grâce à ses propriétés antioxydantes, il limite les effets négatifs de l’inflammation et des infections. En outre, son utilisation s’est avérée efficace pour les tumeurs gastro-intestinales et le SIBO.

Champignon vital maitake

Les praticiens de la médecine alternative préfèrent utiliser le maitake en cas de diarrhée. Dans ce cas, la combinaison avec le reishi s’est avérée efficace. Comme le maitake possède également des composants anti-inflammatoires, c’est un champignon médicinal idéal pour les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin. Ses propriétés prébiotiques servent également à leur traitement. En réduisant le stockage des triglycérides dans le foie, il prévient la stéatose hépatique. Des études ont montré que sa prise réduisait également le risque de polypes et de cancer du tube digestif. Dans la pratique, il a fait ses preuves en cas de ballonnements et de flatulences.

Champignon vital Auricularia

Ce champignon vital est connu pour sa propriété d’humidification des muqueuses. Cela favorise d’une part leur barrière protectrice naturelle et aide d’autre part à lutter contre la constipation qui, selon la MTC, est due à la sécheresse. Il est recommandé aux personnes concernées de boire beaucoup et de consommer beaucoup de fibres parallèlement à la prise d’auricularias. Enfin, l’adénosine contenue dans l’auricularia améliore la circulation générale dans le corps, ce qui profite bien sûr aussi au tube digestif et à ses muqueuses.

Champignon vital chaga

En Russie, en Finlande et en Chine, le chaga est le champignon médicinal classique pour le traitement des troubles gastro-intestinaux. Il agit

  • antibactérien
  • anti-inflammatoire
  • antioxydant
  • antitumoral
  • prébiotique

Il en résulte un renforcement général de l’appareil digestif, avec notamment une réduction du risque d’inflammation et d’ulcères. De même, la formation de tumeurs et de métastases est moins probable avec la prise de chaga. Son effet anti-inflammatoire en fait un champignon médicinal très apprécié pour les troubles typiques de la gastrite.

Champignon vital shiitake

Le shiitake contient un polysaccharide très particulier : le lentinane. De nombreuses études montrent que le champignon renforce les défenses de l’organisme grâce à ce bêta-glucane et à d’autres qu’il contient. Il favorise la production d’immunoglobuline A sécrétoire (sIgA). Grâce à cet anticorps protecteur des muqueuses, le shiitake protège toutes les muqueuses de l’organisme contre les attaques des virus et des bactéries. De plus, des études ont montré une amélioration de la flore intestinale après une prise prolongée de poudre de shiitake.

Conseils pour la prise de champignons vitaux

Nous vous recommandons de toujours utiliser la poudre du champignon entier. C’est la seule façon d’être sûr de tous les précieux ingrédients. Une culture selon des directives biologiques ainsi qu’un processus de séchage doux sont la base d’un produit de qualité supérieure. Bien qu’il n’y ait pas d’effets secondaires à proprement parler liés aux champignons vitaux, il est conseillé de procéder à un dosage progressif. Le système digestif peut ainsi s’habituer progressivement aux fibres contenues dans la poudre de champignon. Il n’est pas possible de déterminer un dosage global. La variété de champignons vitaux et la dose doivent être déterminées en fonction de la personne et des symptômes. Pour cela, n’hésitez pas à faire appel à nos experts qui mettent à profit leur longue expérience et leur savoir-faire.

VOUS AVEZ DES QUESTIONS ?

Nous nous ferons un plaisir de vous consacrer du temps. Dans le cadre de notre consultation gratuite, nous répondons de manière individuelle et personnelle à toutes vos questions sur la santé sous :

Retour en haut